Profitez de la livraison OFFERTE à partir de 50€ d'achats!

+ Afficher le menu

Les bénéfices thérapeutiques du CBD

Le CBD à usage médical

Dans cette rubrique, nous n’abordons pas la consommation de CBD (et / ou de THC) à usage de bien-être (troubles du sommeil, stress…) mais bel et bien son ingestion à visée thérapeutique et médicale en réponse à des dégradations sévères de l’organisme. Quels effets concrets a l’absorption de cannabis thérapeutique sur l’organisme ? C’est ce à quoi nous nous efforçons de répondre ci-dessous.

 

Quelle Posologie pour du CBD ?

 

Contrairement aux doses conseillées pour un usage à titre de “bien-être”, la posologie des produits de cannabis thérapeutique est beaucoup plus élevée. On parle parfois de “macro-dose”, destinée à soulager les symptômes de pathologies plus ou moins graves lorsque les antalgiques traditionnels ne fonctionnent pas ou peu. Ces doses peuvent parfois représenter jusqu’à 800 mg de CBD / jour. Bien entendu, la posologie adéquate dépend de l’étendue des symptômes, de la corpulence et d’autres facteurs. 

Cette question doit donc être abordée avec votre médecin. L’automédication dans ce cadre est fortement déconseillée.

 

CBD et soulagement des crises d'épilepsie

 

Epilepsie, qu’est-ce que c’est ?


L’épilepsie est une maladie chronique provoquant des crises répétées et parfois violentes causées par une brusque activité électrique dans le cerveau. Les crises sont souvent caractérisées par des mouvements oculaires rapides, des convulsions, des tremblements et parfois même des pertes de conscience. Elles interviennent jusqu’à plusieurs fois par jour. Cette maladie touche notamment les nourrissons et les enfants en bas âge et se soigne très difficilement. Les syndromes de l’épilepsie sont variés et touchent environ 50 millions de personnes dans le monde.

 

Etudes scientifiques sur l’influence du cannabidiol

 

L’huile de CBD à spectre complet aurait des propriétés anti-convulsions et antiépileptiques. Cependant, la posologie est particulièrement dure à déterminer puisqu’elle dépend de la morphologie de l’enfant. Des études scientifiques sont actuellement menées pour déterminer dans quelle mesure le CBD et le THC peuvent influencer ces crises. 

  • Pour le syndrome de Dravet (une forme rare d’épilepsie myoclonique du nourrisson médico résistante). En 2017, une étude en double-aveugle pour le traitement de cette forme d’épilepsie a révélé que 43% des patients ayant ingéré du CBD en huile de 10% ont constaté une baisse de 50% des crises, contre 27% chez les patients à qui a été administré un placebo.
  • Pour le syndrome de Lennox-Gastaut (touchant principalement les enfants de 2 à 6 ans). Les crises de ce syndrome sont particulièrement fortes et difficiles à traiter. En 2018, une étude de Devinsky et al. en double-aveugle portant sur les crises atoniques a démontré une baisse de 42% des crises sous CBD contre 17% avec un placebo. Les conditions étaient similaires à celles de la première étude menée en 2017.

Bien d’autres études sur l’effet du cannabidiol dans la réduction des crises d’épilepsie ont été lancées. En 2017 aux USA, une étude menée sur 120 enfants et adolescents répartis sur 23 sites en Europe et aux USA a mis en évidence une réduction de 12,4 à 5,9 de la fréquence des crises sur 1 mois (contre 14,9 à 14,1 sous placebo). Le taux de CBD administré était de 20 mg / kg autrement dit, une macro-dose. Des effets secondaires de type fièvre, fatigue maux de tête ont été constatés. Notons que depuis juin 2018, les USA ont autorisé l’adoption d’un médicament à base de cannabidiol pour traiter les crises d’épilepsie : l’Epidiolex.

Le CBD serait ainsi à même de réduire les crises en bloquant l’activité du récepteur GPR55 (un troisième récepteur membranaire cannabinoïde du SEC découvert en 1999). Ce blocage du GPR55 aurait aussi des effets anti-tumeurs. Cependant, les interactions du GPR55 avec les phytocannabinoïdes et leurs conséquences sont encore peu connues du fait du manque d’études scientifiques à ce sujet.

 

CBD et épilepsie : conclusion

 

La question de savoir si le CBD peut soulager une partie des crises d’épilepsie ne se pose plus. La réponse est oui. Mais une autre question subsiste. Faut-il privilégier le CBD à spectre complet ou isolé ? Les conclusions de la méta analyse menée par Fabricio Pamplona, ​​Lorenzo Rolim da Silva et Ana Carolina Coan sont édifiantes. Ceux-ci ont analysé les résultats d’études portant sur plus de 600 personnes et sur environ 6 mois de traitement. Il apparaît que 71% des patients sous CBD à spectre complet ont vu leurs crises réduites contre 46% seulement sous CBD isolé. La posologie est également parlante : 25,3 mg / kg / jour de CBD isolé contre 6 mg / kg / jour de CBD à spectre complet. Moins de produit pour une plus grande efficacité ! Les effets secondaires seraient également moindre dans le cas de CBD à spectre complet.

Si les conclusions ci-dessous vous donnent envie de commencer à consommer du CBD pour réduire vos crises d’épilepsie, il est impératif d’en parler à votre médecin. Celui-ci fixera avec vous une posologie adéquate et assurera le suivi de votre traitement au CBD en plus de votre médication habituelle.

 

Du CBD thérapeutique contre Alzheimer 

 

Alzheimer, c’est quoi ?


Alzheimer est le cas le plus commun de démence mentale. Il s’agit d’une maladie dégénératrice débilitante qui touche plus d’1,2 million de personnes en France et y constitue la 4ème cause de mortalité. Les patients atteints souffrent de pertes de mémoire et de la progressive suppression de leurs comportements acquis. D’autres symptômes annexes sont spécifiques aux individus malades : agressivité, anxiété ou encore détérioration du sommeil. Pour ces symptômes, l’ingestion de CBD sous forme de capsules ou d’huile peut être recommandée dans la mesure où le CBD régule le SEC. 25 mg de CBD par jour au maximum sont recommandés.

Mais qu’en est-il du traitement de la maladie en elle-même ?

 

CBD contre Alzheimer : où en est la science ?

 

Alzheimer est directement relié au processus de neurogenèse (c’est-à-dire à la production de nouveaux neurones). Or, selon des études menées in vivo sur des souris atteintes d’une pathologie analogue à Alzheimer, on constate que le CBD agit comme neuroprotecteur et permettrait de favoriser la neurogénèse, d’atténuer les réponses neuro-inflammatoires et de réduire la gliose réactive (qui altère la bonne homéostasie des neurones). En théorie, cela permettrait donc de prévenir le développement des troubles cognitifs chez les personnes atteintes. En 2016, une étude in vivo menée sur des souris transgéniques âgées et alliant CBD et THC a également montré des résultats encourageants quant au rétablissement de la cognition dans la reconnaissance de deux objets. 

Enfin, des chercheurs de l’Institut de Recherche Scripps en Californie (confortés par des études exploratoires de chercheurs de l’Institut Stalk en 2016) ont constaté que l’ingestion de THC inhibe l’enzyme responsable de la création de plaques amyloïdes ou “plaques séniles” (amas extracellulaires de peptide bêta amyloïde et directement mis en cause dans la maladie d’Alzheimer). Cette étude a été menée sur des neurones in vitro.

Du fait des précédentes études, les scientifiques pointent actuellement du doigt le CBD et l’alliance CBD / THC comme étant des candidats valables pour la création de nouveaux traitements contre la maladie d’Alzheimer. Toutefois, il reste encore de nombreuses zones d’ombre autour de la consommation de cannabis thérapeutique pour cette maladie. Notamment, quelle différence peut-il y avoir entre l’homme et la femme ? Est-ce indispensable d’allier CBD et THC pour un traitement optimal des symptômes ? Si oui, dans quelle mesure ?

 

Maladie de parkinson et CBD thérapeutique

 

Vue d’ensemble sur Parkinson 


La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative provoquant des tremblements incontrôlables, des raideurs ou des ralentissements de mouvements sur les mains, les jambes ou même la mâchoire du patient. Cette maladie est causée par la perte progressive de neurones dopaminergiques (entre 60 et 80%), un phénomène altérant progressivement le contrôle de ses membres par l’individu. D’autres symptômes sont liés à cette maladie : démence, confusion, fatigue et troubles du sommeil, dépression, perte d’élocution, altération de l’équilibre… A l’heure actuelle, Parkinson constitue une problématique mondiale. Cette maladie touche plus de 10 millions de personnes, en majorité des hommes de plus de 50 ans.


Parkinson sous contrôle grâce au cannabis ?


En 1888, le neurologue Sir William Gowers fut le premier à mentionner le rôle du cannabis dans le contrôle des tremblements liés à Parkinson.

Depuis lors, des études pré-cliniques encourageantes ont montré que le CBD et le THC auraient des effets positifs sur les symptômes de cette maladie en influençant sur le système endocannabinoïde. Le CBD en agissant sur le récepteur GPR6 augmenterait le niveau de dopamine du patient et contribuerait donc à ralentir les symptômes selon une étude menée en 2017. Aussi, la qualité des bactéries dans l’intestin joueraient un rôle dans le développement de la maladie. Or, ces dernières sont également régulées en partie par le SEC, lui-même influencé par les molécules de cannabidiol et de THC.


Une posologie à prendre avec des pincettes 


Comme dit précédemment, il est impossible d’estimer avec précision la quantité de CBD qu’il vous faudra ingérer pour réduire vos symptômes. Cependant, des études scientifiques apportent des clés de réponse.

Selon le directeur médical de la fondation de la recherche sur Parkinson, un rapport CBD / THC à 1 - 1 est indiqué pour commencer. Quant à la posologie, 150 mg d’huile de CBD sur 4 semaines auraient eu pour effet une diminution des symptômes psychotiques selon une étude de 2014. Pour ce qui est du CBD en comprimés, 75 à 300 mg permettraient d’améliorer les troubles du sommeil associés à la maladie (étude de 2009). Parlez-en à votre médecin.

 

CBD thérapeutique et Fibromyalgie

 

La fibromyalgie se traduit par l’apparition de troubles musculo-squelettiques : douleurs musculaires diffuses et chroniques mais également des troubles du sommeil ou encore des troubles de l’humeur et des migraines. Elle touche majoritairement des femmes de plus de 30 ans. Les patients atteints de cette pathologie deviennent avec le temps de plus en plus sensibles à la douleur du fait d’un mauvais fonctionnement des signaux de douleurs du système nerveux. Les endocannabinoïdes du SEC sont altérés et n’assurent plus que partiellement leur rôle de neuro-régulateur. Dans ce cadre, l’action du CBD peut être bénéfique.

Cette molécule agirait sur le mécanisme de sensibilisation centrale entrant en jeu dans la fibromyalgie et aurait des effets antalgiques et analgésiques sur les douleurs neuropathiques.

C’est du moins le résultat d’une étude publiée dans Journal of Pain & Palliative Care Pharmacotherapy. Une étude publiée en 2018 à l’initiative du professeur De Gregorio montre aussi que le CBD injecté en petite dose de façon répétée contribue à améliorer la neurotransmission avec le récepteur 5-HT de la sérotonine qui est altéré en cas de douleurs neuropathiques liées à la fibromyalgie.

Si vous souhaitez consommer du CBD en traitement des symptômes de la fibromyalgie, nous vous recommandons de vous orienter vers une consommation en pipette ou vaporisateur et une dose initiale de 5 à 10 mg par jour. Le traitement au CBD se trouve également aux USA depuis 2016 sous forme de patch transdermique à libération progressive (8 à 12 h). Un produit similaire n’est toutefois pas disponible en France pour l’instant.

 

Glaucome et CBD

 

Le glaucome est causé par l’accumulation de glutamate dans la partie frontale de l’oeil. Ce fluide augmente la pression intraoculaire et serait à l’origine de la détérioration des nerfs optiques. Ainsi, le glaucome provoque une perte de la vision périphérique, des douleurs oculaires, une vision atrophiée ainsi qu’une cécité partielle voire parfois totale en l’absence de traitement adapté. Des nausées et vomissements sont également à constater chez la plupart des personnes atteintes.

La molécule cannabinoïde CBD permettrait de diminuer la pression intra-oculaire en cas de glaucome en se fixant notamment sur les récepteurs CB1 du SEC présents dans les tissus oculaires. Des études tendent à conforter cette hypothèse mais celles-ci sont peu nombreuses.

En 1971, une étude scientifique avançait déjà que la combinaison CBD / THC serait à l’origine d’une baisse de PIO (pression intra oculaire) significative jusqu’à 30% sur leurs sujets. Des conclusions toutefois à nuancer, le nombre de sujets étant très faible et les effets secondaires systémiques indésirables relativement élevés. Aussi en 2006, une autre étude a montré que l’administration sublinguale de 5 mg de THC réduirait temporairement la pression intraoculaire. Les conclusions démontrent aussi qu’à trop forte dose (ici 40 mg), la PIO avait tendance à augmenter.

Finalement, l’étendue des conclusions scientifiques à l’heure actuelle ne permettent pas de valider avec certitude l’impact du CBD et autres cannabinoïdes sur le glaucome à long terme. 

Si vous souhaitez toutefois vous tourner vers ce produit, sachez que 25 mg par jour de CBD constituent une dose standard. Une administration en collyre ou en huile sublinguale est recommandée même si le collyre dispose d’une biodisponibilité assez faible. Bien entendu il ne s’agit pas là de conseils médicaux avérés. Consultez votre médecin avant de commencer à consommer du CBD quelle que soit votre pathologie.

 

Autisme et CBD thérapeutique

 

Les troubles du spectre de l’autisme sont variés et très difficiles à diagnostiquer et à traiter. Ils se traduisent par des déficits cognitifs et des troubles neurodéveloppementaux chez l’enfant et le jeune adulte. Selon l’OMS, 1 enfant sur 160 serait actuellement touché.

La consommation de CBD peut elle permettre une quelconque amélioration des symptômes ? Une étude préclinique conduite par le Docteur Adi Aran sur 60 enfants autistes de 5 à 18 ans le démontre. Il s’agissait d’étudier l’impact du CBD et du THC administrés par voie orale sur les troubles comportementaux (ratio CBD / THC de 20 : 1). Les résultats de cette étude préclinique affichent une amélioration chez 61% des patients et chez 47% concernant les troubles de la communication. Une étude clinique élargie est actuellement en cours pour valider ces conclusions à plus large échelle (150 enfants).

Notons que la plupart des symptômes de l’autisme sont liés à un dysfonctionnement du SEC. Le cannabidiol a donc une carte à jouer et il y a fort à parier que les prochaines études cliniques valideront cette théorie.

 

CBD thérapeutique contre les symptômes du cancer 

 

Les symptômes liés au cancer (et à la chimiothérapie) en règle générale sont nombreux : nausées et vomissements, migraines, troubles du sommeil, perte d’appétit… A l’heure actuelle, les études scientifiques sont très encourageantes quant au rôle positif du CBD et autres cannabinoïdes.

Une étude conduite par l’oncologue Wai Lu de Londres montre que l’huile de CBD aurait pour effet de réduire en partie la prolifération des cellules cancéreuses. La même étude démontre que les cannabinoïdes ont eu un effet antiémétique utile contre les nausées et vomissements. Les cannabinoïdes interfèreraient avec la néovascularisation tumorale et de développement des métastases.


Une autre étude de 2019 in vivo portant sur le cancer du pancréas a aussi démontré une efficacité du CBD dans le cadre du ralentissement de la croissance tumorale. Malgré tout, les éléments de formulation, posologie et mode d’administration n’ont pas été réellement définis.

Ainsi, les études cliniques et pré-cliniques sont particulièrement encourageantes et la consommation de CBD en quantité standard ne peut qu’être bénéfique sur votre santé. Toutefois, il n’est pas anodin de consommer du CBD : obtenir l’approbation de votre médecin est primordial, même avec une posologie standard.

 

Sclérose en plaques et cannabis thérapeutique

 

La sclérose en plaques est considérée comme une maladie auto-immune et inflammatoire, qui attaque le système nerveux central. Autrement dit, le système du malade attaque lui-même la myéline (sorte de gaine protégeant les fibres nerveuses). L’inflammation conduit à une grave altération de la transmission des influx nerveux. Notons que la myéline se reforme partiellement lors des épisodes de régression de la maladie ce qui implique que cette dernière évolue lentement mais de manière imprévisible.

Parmi les symptômes de cette pathologie, on peut citer : douleurs, perte de mémoire, troubles sensoriels et des mouvements (vertiges, raidissements des muscles…), difficultés d’élocution… Les spasmes musculaires font également partie des principaux symptômes. Or, la consommation de CBD à court terme aurait un effet positif sur la spasticité liée à cette maladie selon une étude publiée en 2017 par la National Academy of Sciences. La molécule pourrait également ralentir le processus neurodégénératif (comme pour les conclusions des études sur Alzheimer) et augmenter la coordination motrice des patients.

Notons que CBD et THC sont actuellement utilisés dans le Sativex pour aider les patients atteints de SP et que ce médicament est autorisé en France bien que non commercialisé.

 

Cannabis, CBD et douleurs chroniques (arthrite) 

 

La douleur chronique se définit par son caractère localisé et sa durée : plus de 12 semaines en règle générale. A ce stade, la douleur peut devenir extrêmement intense et aller jusqu’à causer un handicap physique à court ou long terme. Cette pathologie peut toucher tous profils de patients quelle que soit la région du corps et est extrêmement difficile à traiter du fait de causes souvent mal définies. On parle de douleurs chroniques notamment dans le cas de l’arthrite. 

Cette inflammation des articulations se traduit par l’apparition de gonflements, de raideurs et de fortes douleurs chez le sujet concerné. Il s’agit en grande majorité d’arthrose (usure du cartilage des articulations et des os) ou de polyarthrite rhumatoïde.

Le CBD aurait un impact positif sur ces formes d’arthrite puisqu’il soulagerait les inflammations à l’origine des douleurs (non pas les douleurs elles-mêmes) surtout lorsqu’il est à spectre complet. Des données précliniques indiquent que les cannabinoïdes peuvent réduire la progression de la polyarthrite rhumatoïde (étude menée sur des cellules animales avec une administration de 5 à 25 mg / kg / jour de CBD par voie orale). D’après cette étude, les propriétés anti-inflammatoires du CBD sont mises en avant. Il agirait de plus comme un immunosuppresseur. 

Certaines études soulignent également l’importance d’allier CBD et THC dans le traitement optimal des douleurs chroniques liées à l’arthrite. Une étude du British Royal Hospital for Rheumatic Disease en 2006 met en évidence l’importance du cannabis végétal dans le traitement de l’arthrite (traitement sur 5 semaines des sujets). Celui-ci réduirait l’inflammation et l’intensité de la douleur. Au Canada depuis 2001, un médicament à base de cannabis thérapeutique sert d’ailleurs déjà à soigner les patients diagnostiqués à un stade sévère.

Notons que du fait du soulagement des inflammations et des douleurs chroniques, les patients sous CBD constatent généralement une amélioration de leurs autres symptômes comme le manque de sommeil ou encore la dépression.


Posologie et mode d’administration du CBD pour l’arthrite


Aucun protocole de traitement spécifique n’a encore été implémenté concernant l’utilisation du CBD dans ce cadre. Il est donc difficile de préconiser un dosage ou un mode d’administration. Cependant, le CBD sous forme de gel appliqué localement sur les douleurs serait l’un des produits les plus efficaces contre l’arthrite. 

Du côté de la posologie, il faudra définir avec votre médecin un dosage de CBD adapté. Les patients souffrant d’arthrite commencent en général par une dose de 5 à 25 mg de CBD / jour en traitement d’un mois. Il s’agit d’une dose standard qui peut avoir un réel impact sur vos douleurs mais qui peut également ne rien changer. Cela dépend en grande partie de votre corpulence et de la nature de vos douleurs. Analysez votre ressenti sous CBD et suivez les conseils de votre médecin : adaptez ensuite cette dose.

 

Le CBD pour lutter contre la dépression et l'anxiété ? 

 

La dépression et l’anxiété sont deux pathologies très liées. Quel que soit son type, la dépression se traduit par l’apparition de symptômes récurrents tels que la tristesse, l’anxiété, l’irritabilité, le manque de sommeil. Des changements cognitifs peuvent être constatés et empêchent l’individu de se trouver dans un état de fonctionnement normal. Dans un contexte de dépression ou d’anxiété, il est acté que l’homéostasie du système endocannabinoïde est affectée. Le SEC peine à réguler l’humeur du patient. Ainsi, agissant sur le SEC et sur la réponse des récepteurs à la sérotonine, le CBD contribuerait à améliorer les symptômes de l’état dépressif ou d’anxiété.

 

Une étude de Campos AC, FR Ferreira et Guimarães FS montre par exemple que le CBD à haute dose chez la souris bloque les conséquences comportementales du stress lié aux menaces des prédateurs (étude menée sur 14 jours avec 30 mg / kg de CBD).

 

Malgré tout, les avancées scientifiques en la matière sont encore peu nombreuses et il ne s’agit encore que d’avancer des théories : aucun essai clinique n’a montré avec certitude une réduction de l’état dépressif après administration de CBD pour l’homme.

 

CBD et amélioration des troubles du sommeil

 

Il existe un éventail varié de troubles du sommeil : plus de 80 au total ! Parmi les plus répandus : insomnies, parasomnies, troubles du rythme circadien ou apnées du sommeil notamment. Tous ont en commun un bouleversement dans les habitudes de sommeil, qui peut devenir la cause de tout un panel de dérèglements biologiques et physiologiques concomitants : sautes d’humeur, fatigue, irritabilité ou anxiété notamment. Le CBD pourrait-il aider à améliorer les troubles du sommeil ? Des preuves scientifiques modérées démontrent que les cannabinoïdes auraient effectivement des effets positifs dans le traitement de cette pathologie, les cycles veille-sommeil étant régulés en partie par le SEC.

 

Selon une étude de 2011, le CBD contribuerait à la suppression du blocage du sommeil paradoxal chez le rat du fait de ses propriétés anxiolytiques. Cette substance associée à d’autres cannabinoïdes permettrait également réduire les cauchemars chez les patients souffrant de stress post-traumatique. Aussi, une étude de 2013 met en évidence que le cannabidiol semble augmenter la durée totale du sommeil chez les rats mâle (expérience menée avec une administration systémique aiguë de CBD : 10 à 40 mg / kg / jour).

 

Enfin, CBD et THC faciliteraient le processus d’endormissement et augmenteraient la durée de sommeil profond selon des études menées par Schierenbeck, Riemann, Berger et Hornyak en 2008 et en 2013. Ces molécules sont d’ailleurs combinées dans le Sativex, qui a des effets positifs sur les troubles du sommeil résultant de pathologies plus complexes comme la sclérose en plaques ou les douleurs cancéreuses. Les symptômes journaliers sont réduits et le sommeil du malade s’en voit facilité.

  

Les informations contenues dans ce dossier proviennent exclusivement d’études scientifiques avérées et de notre connaissance du CBD et de ses usages. Elles sont destinées à fournir aux patients une vue d’ensemble sur le CBD et le cannabis thérapeutique dans un but informatif. Elles ne se substituent en aucun cas aux recommandations d’un médecin.

chanvre 10
Paiement sécurisé
Achetez en toute sécurité!
Qualité certifié
Production naturelle & biologique!
Livraison OFFERTE dés 50€ 

Expédition sous 3 à 4 jours! 

Service client
À vos côtés 7j / 7!

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,